Pourquoi les chiffres "arabes "sur le cadran sont "numériques" et non pas arabes ?

| Mis à jour le 19 juillet 2023

Dans notre quotidien, nous utilisons constamment des chiffres pour exprimer des quantités, mesurer des distances ou encore décrire des dates. L’un des systèmes de numération les plus répandus est celui des chiffres « arabes ». Cependant, en y regardant de plus près, on peut se demander pourquoi ces chiffres sont dits « numériques » et non pas arabes.

Dans ce guide, nous allons explorer leur histoire et analyser les différences entre les chiffres « arabes » et les chiffres « numériques ».

Origine des chiffres « arabes »

Les chiffres que l’on appelle communément « arabes » remontent à l’Antiquité, bien avant l’apparition de l’islam. Ils proviennent en réalité d’un système de numération indien appelé « Brahmi », qui s’est développé aux alentours du IIIe siècle av. J.-C.

Ce système avait pour particularité d’être un système décimal, c’est-à-dire reposant sur une base 10, avec des symboles spécifiques pour chaque nombre.

Au cours des siècles, ce système de numération a évolué et a été adopté par différentes cultures, notamment les Arabes. Ce sont eux qui ont introduit ces chiffres en Europe au Moyen Âge, grâce à leurs travaux en mathématiques, en astronomie et en médecine.

C’est pourquoi on parle souvent de chiffres « arabes », bien qu’ils n’aient pas été inventés par les Arabes eux-mêmes.

Les chiffres « numériques » : une évolution des chiffres « arabes »

Au fil du temps, les chiffres « arabes » ont évolué pour donner naissance à ce que l’on appelle aujourd’hui les chiffres « numériques ». Ces derniers se distinguent des premiers par plusieurs aspects :

  1. La forme des symboles : Les chiffres « numériques » possèdent des formes plus simples et plus géométriques que les chiffres « arabes » d’origine. Ceci facilite leur utilisation dans différents contextes, comme l’imprimerie ou encore les technologies numériques (ordinateurs, smartphones).
  2. Le principe de position : Les chiffres « numériques » fonctionnent selon un système de positionnement, qui permet d’exprimer des nombres plus grands avec moins de symboles. Par exemple, le nombre « 23 » est représenté par deux symboles seulement, alors qu’il faudrait trois symboles pour le représenter en chiffres « arabes » traditionnels.

C’est cette version simplifiée et adaptée aux usages modernes qui est désormais utilisée sur la plupart des cadrans, montres et appareils électroniques.

L’influence de l’Islam et de la culture arabe sur les chiffres « numériques »

Bien que les chiffres « numériques » ne soient pas à proprement parler arabes, il est indéniable que la culture arabe et l’islam ont joué un rôle majeur dans leur développement et leur diffusion.

Les savants arabes et musulmans ont en effet largement contribué à faire connaître ces chiffres en Occident et à les intégrer aux systèmes de numération européens.

Le rôle des traducteurs et des savants arabes

L’un des éléments clés de la diffusion des chiffres « arabes » en Europe a été le travail des traducteurs et des savants arabes, qui ont traduit de nombreux textes scientifiques et philosophiques en latin et en grec.

Ces traductions ont permis aux Européens d’accéder aux connaissances et aux innovations développées par les Arabes, tout en intégrant progressivement les chiffres « arabes » à leurs propres systèmes de numération.

La contribution des mathématiciens arabes

Les mathématiciens arabes ont également apporté une contribution importante à l’évolution des chiffres « numériques ». Parmi eux, on peut citer Al-Khwârizmî, un savant persan du IXe siècle qui a notamment développé l’algèbre et écrit plusieurs ouvrages sur les mathématiques.

Dans ses travaux, il utilisait déjà les chiffres « arabes » et a ainsi participé à leur diffusion au sein de la communauté scientifique médiévale.

Des chiffres sans lien avec l’identité ethnique ou raciale

Il est important de souligner que les chiffres « numériques » ne sont pas liés à une identité ethnique ou raciale particulière. En effet, comme mentionné précédemment, ces chiffres trouvent leur origine dans un système indien et ont été adoptés par différentes cultures au fil des siècles.

Leur appellation de « chiffres arabes » est donc davantage due à la contribution et à l’influence de la culture arabe et de l’islam dans leur diffusion en Europe, plutôt qu’à une spécificité ethnique ou raciale.

En résumé

Les chiffres dits « arabes » sont en réalité issus d’un système de numération indien qui a évolué au fil des siècles pour donner naissance aux chiffres « numériques » que nous utilisons aujourd’hui. La culture arabe et l’islam ont joué un rôle crucial dans leur développement et leur diffusion en Europe, ce qui explique pourquoi on les qualifie souvent de « chiffres arabes ».

Toutefois, il est essentiel de rappeler que ces chiffres ne sont pas liés à une identité ethnique ou raciale spécifique, mais bien à une histoire complexe de transmission et d’évolution culturelle.

À propos de Philippe

Philippe emontre.fr

Grand passionné de montres, Philippe a travaillé plusieurs années en atelier d'horlogerie. Cofondateur du site, il est responsable des contenus de la catégorie "homme" sur emontre.fr.

Laisser un commentaire